Spéléo à la grotte Vallier

Premier bivouac sous terre en perspective !

L’objectif du week-end est la grotte Vallier, sur deux jours, avec bivouac au fond de la grotte. La grotte se situe au pied des falaises sous le Moucherotte, coté Grenoble.

On se donne donc rendez-vous samedi matin, à une heure pas trop matinale, puis une fois Manu arrivé, un groupe de 11 gucemiens prend la direction du tremplin de Saint Niz’ pour ensuite une grosse heure de marche d’approche un peu tiède, légèrement montante et un poil chargée. Ça pèse lourd 12 saucissons, 1 kilo de cacahuètes, assez de M&Ms et de bonbons pour filer du cholestérol à tout le monde…

Comme il est 13h une fois arrivée à la grotte, on fait notre repas avant de rentrer sous terre, puis go. On commence par se perdre à 4 au bout de 50m, ne voyant pas le boyau partir à droite, on continue tout droit. Une fois le bon chemin retrouvé, un joli ramping nous attend, puis un long cheminement, étroitures, champs de cailloux, deux puits, étroitures, salles, étroitures, labyrinthe, étroitures, champs de cailloux, étroitures. On laisse de coté le P100, on était assez chargé comme ça pour ne pas prendre les cordes supplémentaires nécessaires à l’aller retour.

On arrive enfin environ 4h après le départ à la deuxième partie de la grotte ou la configuration change complètement, le sol devient plus lisse, et on trouve des concrétions en fleur de partout? C’est beau!

Après une dissertation sur le beau, et quelques blagues, on continue. Pleins d’autres choses à voire, beaucoup de fistuleuses, des dents de cochons, un joli début de siphon, la progression s’en trouve ralenti, car tous les 10 mètres, il faut s’arrêter regarder quelque chose!

On continue, on fait en fait une grande boucle, avec quelques remontées sur cordes et puits, et au final on revient au même endroit mais dans la direction opposée et on pause le bivouac. On laisse Manu s’énerver avec le montage de la tente, qui permet de gagner de précieux degrés de confort, on mange beaucoup, et dodo en essayant d’éviter les gouttes de condensation.

Bon dodo, pas trop de ronflements, quelques pets, levé vers 9h, le temps de déjeuner beaucoup, on plie, on range, et on repart vers 11h. Il reste environ 4 heures de remontée avant de revoir le jour, ou il faut repasser toutes les étroitures dans l’autre sens. On revoit la lumière naturelle quelques 25 heures après l’avoir quitté, il fait jour, l’orage n’est pas encore la, les jambes sont fatiguées, on rentre bien content du notre week-end, pendant que d’autres prenaient des coups de soleil samedi!

P5221216

Le reste de mes photos ici

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *