Close

Embrunman 2017

  • La prepa

La décision de faire ça en 2017 date plus ou moins de octobre. Agathe veut se préparer et essaye de motiver le plus de monde possible. Je signe en disant que je le ferai si je considère que la prépa est suffisante pour se faire plaisir le jour de la course.  Inscription faite très tard, toujours dans l’optique que si je le sentais pas, je le faisais pas.

Cette prepa commence vraiment début mars, avec un stage stage-triathlon que j’encadre. Ça ne roule pas beaucoup et pas vite, mais c’est une bonne remise en jambes. Niveau course à pied, j’ai un soucis depuis la Saintélyon, les mollets qui durcissent à l’effort au point de faire mal, donc c’est plutôt tranquille pendant longtemps. La prépa continue avec une grosse semaine de vélo fin avril, du coté d’Argelès, avec le club. On fait pas mal de volume, avec une dernière sortie vélo à presque 200km. Pour la suite, j’arrive à rouler avec les copains pour continuer à accumuler du kilométrage, parce que tout seul, je n’y serai jamais arrivé. On finit notre notre prépa en allant avec Agathe faire un stage à Embrun avec Charlotte Morel et Fred Beleaubre. Super semaine, avec beaucoup de volume et une super ambiance. Sauf que le jeudi en sortie trail, je tape un caillou avec le pied, gros bobo à l’orteil. Je continue à rouler en serrant les dents, mais courir, c’est pas possible, déjà marcher, ça ne l’ai pas vraiment. Agathe me (se?) persuade que c’est probablement une entorse. 15 jours après, j’essaye de courir, ça fait encore bien mal, elle m’envoie faire des radios, fracture de la première phalange du gros orteil. Le plan, c’est de ne plus rien faire en cap jusqu’à la course, et de faire le marathon au talent. 5 semaines sans course à pied avant un marathon quoi.

 

J’arrive à Embrun avec 5300km de vélo, 600 de course à pied (plus grosse sortie 18km), et 200 de natation depuis le premier janvier. J’ai des super sensations en nat en ce moment, mais comme je nage plus en piscine, je sais pas si c’est juste des sensations, ou si ça se confirme sur le chrono. Niveau vélo, je me sens bien, mais j’ai peur d’être un peu juste en endurance, le kilométrage est un peu léger à mon gout, et peu de sorties longues, 14 au dessus de 100km, et seulement 3 au dessus de 150. Par contre, c’était toujours avec du déniv! Et pour la confiance, le seul L que j’ai fait, je l’ai baché, pas parti en course à pied…
Niveau poids, j’ai fais un gros effort, 78kg en début d’année, 76 début juin, 67.5kg 10 jours avant la course, avant de reprendre une alimentation un peu plus normale, j’ai pas vérifié, mais j’ai forcement repris légèrement. J’ai aussi arrêté l’alcool depuis le 19 mars. Je tourne au Perrier dans les bars, j’ai eu le droit à mon quota de remarques…

On arrive le samedi pour la course le mardi, avec notre groupe de supporters. On est 4 à faire la course, avec une prépa culinaire sur les 3 derniers jours planifiée à l’avance. Salade de riz complet, Gnocchis patate / patate douce, salade boulgour quinoa, lentilles corail, mix de pates avec une petite moussaka végan pour le dernier repas du condamné, pas besoin de se baffrer au dernier repas, les stocks de glycogène sont déjà fait. Un dernier tour de vélo de 30km le dimanche, un peu de nat le samedi et le lundi, le tout histoire de dédramatiser.

Le vélo est prêt, boyau neuf, transmission neuve, lubrifiée au squirt, roulements des roues changés, boyau de secours et CO² scotché. Des fois il faut juste faire les choses.

 

http://kaillou.net/hosting/files/20170814_104901%20(1).jpg

Lundi, on va poser le vélo au parc à vélo, je suis coincé derrière un arbre, obligé de se contorsionner pour poser le vélo sur la barrière. Sinon le parc est parfait, chacun sa chaise, de la place, et pas trop grand, pas besoin de courir des bornes. La pression monte enfin. Jusqu’à présent avec mon pied je me disais que de toute façon, le seul objectif, c’est de ne pas se faire plus mal qu’autre chose. Mais la, ça devient plutôt concret.

http://kaillou.net/hosting/files/20170814_170643%20(1).jpg

 

J’ai super bien dormi les derniers jours, dans la tente dans le jardin de notre location, pour éviter l’agitation de l’appart, mais lundi soir, c’est dur de trouver le sommeil. Réveil à 4h12, on vient me sortir de la tente à 4h10. Ça va je gère, j’ai de la marge [:nabukodinozor]. Je commence par aller lâcher une bonne chiasse aux toilettes, avant un petit dej habituel, je change rien. la course est dans deux heures, et on va pas partir à bloc, donc je ne tente pas des gâteaux sport à la con. Flocons de céréales, lait de riz, noix amandes, juste un peu plus que d’habitude. On part pour le parc à vélo à 5h, gros coup de stress, Agathe à oublié sa carte d’identité obligatoire pour rentrer. ça passe avec un envoi de photo sur le téléphone. Je passe au chiottes, encore une chiasse, et avec les 20′ à poireauter vu le nombre insuffisant de toilettes, je suis à la bourre, pas le temps de s’échauffer.

  • La course

6h, top départ, je suis loin d’être à ma place, et ça va être la baston sur les 500 premiers mètres. Pour faire simple, avec l’obscurité et le monde, j’ai pas vu les 3 premières bouées, je sais même pas de quel coté j’ai pu passer. Puis, j’arrive à poser ma nage, avant de prendre un énorme coup de talon dans le pif (connard de brasseur), je me demande si ça saigne ou pas. Fin du premier tour, je reconnais Maxime sur ma droite à son retour aérien. Comme il nage beaucoup mieux que moi, soit je fais une super nat, soit il fait une nat de merde. Je préfère la première option, et le garde en visu jusqu’à la sortie ou je regarde la montre. 59’30. C’est parfait, je misais sur 1h05. Et sans avoir l’impression d’avoir forcé. Et je me suis même pas fait chier.

 

http://kaillou.net/hosting/files/IMG-20170815-WA0061.jpg http://kaillou.net/hosting/files/PrtScr%20capture%20(3).png

 

à T1, j’ai choisis de faire la course en trifonction, donc transition très rapide, le temps de boire un coup, manger une barre, et oublier mes chaussettes. Et merde, demi tour.

Je pars à vélo avec Max. il est au chômage et roule plus que moi, je le laisse donc partir au début de la première côte de 500m de d+. A ma surprise, on se rejoint sur le haut, et on en profite pour rattraper Agathe, partie 10mn avant. Pendant quelques mètres, on roule tous les 3, c’est sympa à ce moment de la course. On fait le reste de la première boucle ensemble, puis il me lâche dans la côte avant de prendre la direction de Guillestre. On est juste à côté du départ et il y a un monde fou. 2m pour monter, et 4 rangées de gens en train de hurler, c’est complètement fou.

http://kaillou.net/hosting/files/IMG-20170815-WA0053.jpg

http://kaillou.net/hosting/files/IMG-20170815-WA0049.jpg
Puis on tourne à gauche en haut, et c’est le retour au calme. Je commence à être mal, et me faire déposer, mal au bide, et peur d’être parti trop vite. Les balcons se passent, mais je vois que certains ne sont pas mieux que moi avec leur estomac  [:destinyaourt:2] . Arrive Guillestre et la remontée des gorges du Guil, avant d’attaquer l’Isoard. Je suis obligé de m’arrêter derrière un talus pour vidanger.  [:gandalf-ze-wizard] L’alimentation est pas optimale, et le début de col est dans le mal. Je perd une bonne cinquantaine de places sur ces 40km, puis à Brunissard, la ou les pentes sont les plus dures, ça revient d’un coup, je relance et ne perd plus de places voir en regagne jusqu’au col ou j’ai prévu de faire une pause en récupérant mon ravito perso. Dedans j’ai du gâteau patate et des blinis é l’houmous que je mange tout de suite, ça fait un bien fou de manger du salé. L’estomac repart quasi instantanément, et je lâche les chevaux dans la descente, je m’engueule avec 3 ou 4 voitures qui descendent comme des merdes, dont une qui me sert contre un pont, je suis taquet, bref, j’ai la banane (87.5 en vitesse max  [:perco_35:2] ).
Bon au pied, il reste encore 70 bornes pour rentrer et 3 côtes. La première passe nickel, je remonte encore quelques places, celle de Pallon et son 1.5km à 12% place « en souplesse » [:ronfl:3] puis on se refarci les balcons, je rattrape un gars du club en perdition, crampé, il abandonnera sur la cap.
Reste la cerise sur le gâteau, Chalvet, le truc moralement immonde, t’es dans Embrun et ils te font remonter 400m de deniv au dessus de la ville avant de replonger sur le lac. En pratique, je suis encore frais et ça passe bien. J’en profite pour demander un bidon pour m’arroser au sommet à une gamine, elle me file un de coca. Je colle un peu à la descente.

 

http://kaillou.net/hosting/files/PrtScr%20capture_2%20(2).png

 

A la transition avec le coup du coca, je décide de me changer et de passer en affaire de cap. Je me fais piquer par une abeille au passage. Et je pars dans l’inconnu. 3 tours de 14km à faire. Et trois fois la côte qui remonte beaucoup trop. Je pars juste avec Charlotte Morel qui attaque son deuxième tour, elle est pas bien et je la suis sans forcer. je suis à 5’30/km, les jambes sont parfaites. La première remontée à Embrun est tellement parfaite que je dépose Charlotte qui est vraiment mal la. Et à la redescente et le plat qui suit, je me fait peur en voyant la montre qui affiche fréquemment moins de cinqokilo.

 

http://kaillou.net/hosting/files/IMG-20170815-WA0037.jpg

 

Le bide va beaucoup mieux, plus de chiasse, et heureusement, parce que j’ai une production de gaz à évacuer digne d’une vache, vaut mieux pouvoir faire confiance à son sphincter!
J’ai des nouvelles des 3 copains, ils ont tous posé le vélo mais sont assez loin et Agathe à fait un vélo d’enfer à seulement 50′ de moi. Ça me met la banane, on devrait tous finir.

http://kaillou.net/hosting/files/IMG-20170815-WA0014%20(1).jpg
Je m’arrête quand même à chaque ravito pour boire ou manger. Fin de premier tour et début du deuxième, c’est parfait, la foulée est bonne, mais je sais très bien que je vais exploser à un moment ou un autre. J’en profite pour voir Quentin sortir d’un buisson, le teint pale, et l’allure maussade.

La deuxième montée passe un peu plus lentement, et derrière je suis un peu moins rapide, j’ai ralenti de 15 à 20s sur mes allures du premier tour, et les arrêts ravito sont en train de devenir des arrêts, alors qu’au début je les passais en marchant.
A 2km de la fin du deuxième tour, je sens que ça va plus du tout, j’ai les mollets qui font vraiment mal. Le rythme baisse, 6, 6’10, 6’20. Je passe la côte en courant doucement, mais en courant, mais je n’arrive pas à relancer à la descente. 6’30. En passant un ravito, il me reste 7km, je me dis que c’est que de la douleur musculaire, et que je dois pouvoir forcer dessus. je reviens vers 6′, puis arrive à accélérer. Je passe devant des potes qui sont la pour nous encourager, les sensations reviennent, je recale vers 5’30, 5’10, je vole vers l’arrivée.
Et m’écrase comme une merde à cause d’une crampe à la cuisse. 30s pour étirer et repars, la crampe passe, tout va bien je me remet vers 5′, il reste 3km, plus rien ne peut m’arriver, je finirais en rampant si il le faut. C’est le moment que choisi un gars juste devant pour se mettre une boite, il tombe face contre terre, je m’arrête, il me dit que c’est bon, il se repose. Je commence par le mettre en PLS, puis il se rassoit, regarde ses mains et me demande si il est tombé. OK, t’es pas bien toi, tu bouges pas, reposes toi un peu. Un bénévole arrive et je me casse. je finis avec des pointes à 4’30, et tombe à la ligne d’arrivée sur un gars qui voulait montrer son tshirt récupéré dans le public. Je le laisse devant et fini les 5 derniers mètres en marchant, avant de repasser sous la ligne d’arrivée, histoire d’avoir ma photo tout seul sous l’arche quand même! Et moi je lui ai bien niqué la sienne  [:666]

 

http://kaillou.net/hosting/files/PrtScr%20capture%20(5).png http://kaillou.net/hosting/files/PrtScr%20capture%20(4).png

 

j’ai le droit à ma rasade de rhum arrangé pour fêter ça, puis retrouve ma famille et les copains qui étaient venu nous encourager. Un passage au bar pour prendre un Perrier histoire que la décompression soit pas trop violente, puis je vais voir l’arrivée d’Agathe qui finit tout pile 2h après moi. Elle m’a dit à la fin de son deuxième tour alors que je venais de finir qu’elle y arriverait pas, mais comme pour moi, les jambes sont reparties sur la fin et on peut dire qu’on est finisher tout les deux.

http://kaillou.net/hosting/files/20953436_10155568626516953_727209036091883045_n%20(1).jpg

http://kaillou.net/hosting/files/IMG-20170815-WA0066.jpg

Bref, c’était une belle aventure. J’ai aimé la prépa, et surtout le fait de la partager, mais le dernier mois à été long, surtout avec les doutes sur le pied, et j’étais content que ça arrive enfin. Dans l’ensemble, j’ai pas trop souffert, même si je me suis éclaté les mollets, ce qui est un peu normal je pense.
Après la course est loin d’être parfaite, et même avant de partir je disais déjà que j’en referai un avec une prepa complète. Et avec l’expérience, on ne peut que y gagner. Enfin j’espère!

Pour la petite histoire, je repris ma première bière le lendemain midi, j’étais complètement pété en la finissant, il a fallu que je fasse une sieste!

Et maintenant place à de la récup, et du court, on va aller s’amuser à Cassis en fin de saison.

Et pour les chiffres, il y avait 1089 inscrits, environ 30 non partant au pifometre :
http://kaillou.net/hosting/files/PrtScr%20capture%20(6).png

Encore une fois, c’est l’homogénéité qui fait que je fais un bon résultat

La natation
Le vélo
La course à pied

Le classement en cap me fait un peu halluciner, j’ai vraiment eu l’impression que c’était beaucoup améliorable, alors que le résultat est correct.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *