Raid INP, deuxième essai

Fallait oublier les mauvaises notes de l’an dernier, donc quand une copine,  Anaïs, et un collègue de boulot, Marc me propose de compléter leur équipe qui vient de perdre un membre, je signe. Cette année ce sera donc avec les Gore Tex & Moustaches que ce fera le raid. Et déjà un premier échec, puisque j’ai oublié la moustache à la maison les deux week-end. On est accompagné de Kévin et Fabrice.

Prologue

Le principe du raid INP, c’est que pour participer, il faut commencer par se qualifier lors du prologue fin mars. Une courte épreuve, on a 4h15 pour faire une course au score. Cette année, un peu de changement, on se retrouve à Jarrie pour un parcours inédit. Le rythme est tranquille, on fait les CO pour travailler un peu l’orientation, on est pas top en course à pied, mais au final troisième au général, et une qualif pour début mai dans la poche.

Le Raid

les jours précédents l’épreuve, les prévisions météo sont apocalyptiques. Aucune envie d’y aller, mais pas possible de lâcher l’équipe, donc c’est avec un peu de fatalisme qu’on prend le bus direction le sud Vercors, pour un départ le samedi matin de la Chapelle en Vercors.

Il fait beau, chaud, le moral est bon, c’est cool. Un petit prologue à l’agonie, puis on saute sur le vélo pour remonter rapidement dans le tiercé de tête à la faveur d’une erreur quasi générale d’orientation. Bon, par contre, il commence à pleuvoir, et il pèle. On arrive à P10, on traîne pas sous la pluie, on zappe le trail et on part sur la CO. Anaïs à froid et mal au genou, donc on avance à un rythme tranquille, compensé par une orientation quasi optimale. Il pleut tellement que le carton à poinçonner fini par être une boule de papier informe à la fin :-/

On repart à vélo, il fait de plus en plus froid, Anaïs est en hypothermie, tout le monde tremble, puis Fabrice arrache le dérailleur dans un arbre. 

Le temps de l’arrêt, je n’essaye pas de réparer, je passe le vélo en chainless, a priori, il n’y a plus que de la descente jusqu’au CP20. Arrivée au check point, on décide d’abandonner, on met Anaïs dans le VSAB de la croix rouge, elle est mesurée à 35°C. Et on file vers l’arrivée, histoire de prendre une bonne douche chaude. Pas de regrets, aucun plaisir, on va manger une crêpe en face de la ligne d’arrivée pour regarder les autres équipes arriver. Bravo à tout ceux qui ont fini, fallait avoir envie!

Heureusement, l’organisation a prévu qu’on dorme en gymnase, qui devient un vaste foutoir, et après une bonne croziflette, on peut se coucher, et s’endormir sous le doux bruit des ronflements.

Jour 2, forcement, on est pas hyper motivé, de plus il y a un genou qui grince beaucoup, et on se retrouve à faire les trails en marchant. Heureusement la météo est meilleur, et on s’amuse à VTT, en CO et sur les surprises, et on arrive après 5km de marche à pied dans le centre ville de Grenoble.

Au bilan, on s’est quand même bien amusé, le temps n’a pas été avec nous, mais l’orga a été très bonne, les parcours bien adaptés, les CO vraiment sympa. Les activités surprises font parties du raid, sont variées, même si ça manque parfois un peu de rythme. Le fait de faire découvrir les activités handisport est vraiment sympa. Reste à passer l’ensemble des balises en électronique, pour éviter les flottements de la fin de course ou on attend le classement très longtemps.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *