Mont Blanc Man

Qu’est ce que ça me gonfle ces épreuves qui rajoutent ‘Man’ ou ‘Iron’ à leur nom, pour faire comme les grands. Surtout quand ça sonne super mal. Donc Dimanche, c’était le triathlon du Mont blanc distance L.
Depuis le raid il y a un mois, j’ai 15 jours de coupures complète, puis 3 semaines avec que du vélo tranquille.
Devant mon sous entrainement (30km de cap depuis début juillet), la semaine dernière, je me dis qu’il faut que j’aille courir un peu, et c’est vraiment pas brillant, coincé entre 5 et 5’20 en étant au bout de ma vie.

Samedi, il y a le S et le M, mais au vu du temps dégueulasse qui s’abat sur la région (au point que les orga changent le parcours du M, deux boucles du S tout plat ou lieu d’une montée de 900m), on décide d’éviter le camping, dormir à Grenoble, et partir à 5h. C’est tôt 5h, heureusement que c’est pas moi qui conduit .

On arrive, il fait beau, mais un peu frais, heureusement le soleil sort pour le début de l’épreuve, les nuages se dissipent, et apparaît ce qu’on vient voir, le Mont Blanc.


Au départ, une natation anonyme, départ moisi, je me fais enfermer contre la ligne d’eau qui sépare hommes et femmes, au point que je ne peux même plus nager, finalement je passe dessous et continue de l’autre coté. J’ai failli rater une bouée aussi, je visais pas la bonne, correction à 50m…
Sortie en 33’/64ème place (280 partants) pour 1950m à la montre, c’est correct vu le peu que je nage.
On attaque le vélo, c’est très joli, et ça n’arrête pas de monter et descendre. 3 belles bosses avant d’attaquer la montée à Plaine joux, pour un total de 1900 de d+ en 80k. Un peu dans le dur dans les montées, par contre très à l’aise en descente, je passe entre les voitures quand d’autres n’osent pas doubler de toute la descente  [:gowser]
Problème, je choppe une énorme crampe à l’intérieur de la cuisse dans la dernière descente, alors que je forçais même pas. J’ai pas compris, et ça met un moment à passer.

Je pose le vélo entre le 30 et la 35ème place je pense. Transition très tranquille, je sais que je joue plus vu la suite, et je pars tout aussi tranquille. Enfin non, à bloc, mais très lentement, 5’20, 5’30 au mieux, ça va rester constant tout le long, il y a juste 2 belles bosses de 40m de d+, le reste est roulant, et moi agonisant. Heureusement qu’il y a des bénévoles fréquemment, ça permet de discuter pour passer le temps, parce que presque 1h50 pour 20 bornes, c’est très long et très chiant. Surtout quand on se fait rouler dessus par les concurrents, je dois perdre bien 25 places et fini 61. Je me sors juste les doigts à 10m de la ligne pour éviter de me faire griller par un pote un bubqr qui essaye de me faire le sprint.

La course à pied est une une seule boucle, c’est cool pour la monotonie, moins cool pour abandonner à mi parcours si on en a marre, parce qu’il y a 10km pour rentrer [:osweat]

Ça ne m’étonne pas que je me fasse charrier pour ma foulée avec des photos compromettantes comme celle ci!

 

Bravo à Gabin qui finit 3ème au scratch, avec le meilleur temps vélo et en ayant longtemps joué avec Colin Arros. Quentin qui me dépose dans une montée à vélo, et Max qui était venu en mode plaisir.



C’est vraiment un beau triathlon, dans un cadre fantastique. Je comprend pas qu’il n’y a pas plus de monde, 280 partants pour 100 balles d’inscription, quand un truc labellisé ironman vaut trois fois plus cher et rempli. Bon, par contre, les ravito, c’est pas les mêmes et c’est un peu le mauvais point de cette orga. Pour le reste, c’est top (village départ, lac, parcours, bénévoles…)

Conclusion, l’entrainement, c’est utile.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *