XTERRA Suisse – AKA championnat d’europe de Cross Tri

Début d’année, bonnes résolutions d’entraînements, je me suis inscrit au XTERRA Suisse, réputé facile, histoire de voir à combien je suis de la qualif…
Manque de bol, 1 mois après, la course est déclarée championnat d’europe de Cross Tri, le niveau augmente d’un très gros cran d’un coup, et en plus la fftri veut que j’achète une trifonction France pour participer. Je lui met le nez dans son caca et refuse. Ils ont quand même réussi à niquer pas mal de monde et il y a beaucoup de trifonction France au départ, avec des gens, voyant que non, ce n’était pas obligatoire, dégoûtés d’avoir du payer 120 balles pour un truc qu’ils ne remettront jamais.

Bon, dans la prépa, déjà faut s’entraîner sérieusement  [:darms:3], mais aussi faut pas rajouter sa première séance de trail de l’année à trois jours de la course, sinon ça fait des énormes courbatures. Tranquille à la descente que je me disais, faut surtout pas de courbatures!

Départ vendredi soir de Grenoble pour aller à la Vallée de Joux, dans le Jura Suisse. On arrive, c’est trempé, il vient d’y avoir un gros orage. Montage de tente, on est encerclé de camping car de pro, avec des marques de vélos de partout. Je commence à avoir vraiment peur.  [:totoz]

http://kaillou.net/hosting/files/249d89c4-09c5-4d81-8108-ed00fbe5c76c.jpg
La Vallée de Joux, ça peut être beau sous le soleil!

On va manger dans la salle dédiée au sec, il commence à bien pleuvoir. On va se coucher, gros orage à 11H et 3h du mat’  [:herr muller:5].

Levé samedi, mon espoir de courbatures passées au réveil s’envole.  [:blessure]
j’ai du mal à trottiner, j’ai mal aux cuisses.

Mais le temps est sec pour l’histoire, donc on se prépare, et on y va en train, ce qui permet de discuter avec un habitué des XTRI internationaux qui m’explique le parcours et dit que la veille, c’était sec, vraiment top.

On récupère un joli sac de transition étanche skinfit, vélo au parc, c’est propre, il y a de la place, c’est bien foutu. Faudrait que les orga du Ventoux viennent voir à quoi ça ressemble. Un peu d’échauffement cette fois, l’eau est encore fraîche, autours de 15°.  [:bakk52] . Heureusement, j’ai encore ma cagoule, c’est un vrai bonheur ce truc en fait.
En regardant le ciel, on voit les gros nuages qui arrivent droit sur nous

Les pros partent, puis nous. J’ai beau partir fort, ça bastonne beaucoup, le niveau est beaucoup plus homogène que d’habitude. Heureusement première bouée à 700m, ça évite trop de bastons à ce moment. Je sors bien, 25′ pour 1600m à ma montre, à priori dans les 100 premiers. Sauf qu’il pleut. Fort. Je fais ma transition tranquille vu la merde que j’ai fait la semaine dernière, et pars.

http://kaillou.net/hosting/files/430bca29-531e-4bef-b399-2d4b1f9d02dd.jpg
A cet instant précis, l’expression faciale du concurrent exprime toute sa joie d’être la

Au bout de 500m, on se retrouve dans un champs en montée, dans 10cm de boue liquide, ça n’avance plus, c’est horrible. En plus, j’ai un choix de pneu arrière au top, un semi slick monté pour le Salagou. Et vraiment pas adapté à la boue…
Au bout d’un temps indéterminé, mais qui me parait super long, je regarde ma montre, je vois 3.5km. La décision est prise d’abandonner à la fin du premier tour (deux tours à vélo de 18km chacun). Je continuer mon chemin de croix, j’aime pas la boue, j’aime pas la pluie. Bon l’avantage de la pluie, c’est que ça nettoie au fur et à mesure qu’on se salit. Et j’ai même pas froid. petits singles qui doivent être sympa quand c’est sec, petite boite dans une partie raide, puis on retourne vers le départ. Et je me fais niquer, pour la deuxième boucle, on repasse pas vers le parc à vélo, le temps que je m’en rende compte, je suis déjà parti sur le deuxième tour!

Je m’arrête discuter avec un gars que je connais sur le bord du chemin, et me fais engueuler par ma copine, comme quoi c’est une course, et faut avancer un peu…
Deuxième tour, rien à signaler, j’ai pas trop l’impression de ralentir, mais j’ai le mollet qui tire un peu, plus mes courbatures aux cuisses qui font mal. Et je me fait un peu rouler dessus, j’ai pas l’habitude de perdre des places sur le vélo, mais la je dois en perdre au moins 30 en tout. C’est un peu frustrant. Heureusement que j’arrête à la fin du vélo, j’en ai marre. j’ai les mains qui glissent tellement à cause de la boue que dans un virage, il y a une qui zippe du cintre et je me mets uns boite…

T2, je saute du vélo, part en courant dans le parc, et les jambes répondent étonnamment bien sans trop faire mal, je me dis que je vais partir sur le parcours à pied, de tout façon, il y a deux tours, je peux arrêter au bout du premier. Le premier kilomètre est horrible, dans un champs, je vois un gars perdre sa chaussure devant moi, engluée dans la boue, ensuite pendant 1.5km, ça court un peu mieux, mais je suis bloqué autours de 5’/mn. Vient la grosse difficulté du parcours, une montée super raide dans les bois. Bien sur ne connaissant pas le parcours, j’ai pris les chaussures de route  :cry: . On monte en s’accrochant aux arbres, à 4 pattes, comme on peut. Mais avec la descente dans le même état, c’est cool, je reprend pas mal de gens encore plus en galère!

http://kaillou.net/hosting/files/bb9dfff5-c5ed-4f7f-8b22-729129c806d0%20(1).jpg%20
Concours du plus crado, ce concurrent est éliminé, il s’est rincé la tronche!

Fin du premier tour, je suis pas trop entamé, reste plus qu’à finir, ça se passe comme le premier, sauf que je finis le dernier kilomètre à bloc, 4’30 au compteur  [:perco_35:2] .

Fin, 3h43, le premier est arrivé quand je posais le vélo. 128/550, et 10/45 dans ma caté. Je serais même pas champion d’Europe en 60/64 ans…
Il y a encore beaucoup de boulot. Et rouler plus en VTT, c’est ma 5ème sortie de l’année, et ça se sent que je subis les changements de rythme incessant à force de faire que de la route.

Bonne douche chaude à l’arrivée, heureusement parce qu’environ 10s après la ligne, je commençais déjà à avoir froid. Je traîne, discute avec les connaissances, puis avec le bénévole qui s’occupe de l’entrée du parc à vélo, il dit qu’ils font arrêter les vélos, il y a plus d’ambulances disponible pour emmener les blessés à l’hôpital.

http://kaillou.net/hosting/files/5ff97221-7775-4fd2-a794-addd3e7a5c1a.jpg
Et va falloir nettoyer ça avant de le mettre dans la voiture

On dira que c’était une expérience intéressante. Franchement, je pense que j’en ai plus chier que au L du Salagou, malgré une heure de moins de course. Le VTT se fait en subissant tout le long, pas possible de gérer, et la course à pied, ça avait beau faire que 10.5km, je met presque une heure, en ayant pas eu tant l’impression de glandouiller que ça…

Et dimanche, bien sur, plus de courbatures.

Ah oui, et la salope de garmin 920XT à planté le lendemain avant que j’upload et m’a niqué toutes les traces.  [:burzumfr] Donc je serai obligé de le refaire l’an prochain.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *