Challenge Gresivaudan Xpress

Le challenge Gresivaudan Xpress, c’est le moment attendu par les trailers grenoblois à la fin de l’été. Un rendez vous incontournable, mix de tirage de bourre entre potes et de convivialité. Pas de frais d’inscription, pas de dossard, pas de récompenses autre que celle de l’apéro partagé une fois tout le monde redescendu. Ça ne rebute pas certains jolis noms de venir, Maurice Manificat est un habitué, on a vu aussi Michel Cercueil, vainqueur de l’UT4M cette année et quelques autres bien connus de la région.

Les 10 règles d’or du mode de fonctionnement des Xpress:
1/ Je me pré-inscris en ligne.
2/ Je télécharge mon certificat médical (Dr Breton ou pas….)
3/ Je signe la feuille d’émargement avant le départ.
4/ Je rentre mon temps en ligne entre le mercredi et le jeudi soir.
5/ Je vérifie les résultats provisoires entre le jeudi et le vendredi soir.
6/ J’envoie un mail sur Gxpress (uniquement) dans ce même délai si je vois une couille (voir adresse sur le site).
Dans tous les cas:
7/ Je viens plein d’entrain et de bonne humeur.
8/ Je prévois des rafraîchissements et autres cacahuètes pour l’apéro.
9/ Je n’oublie pas que toute l’organisation du Challenge est bénévole.
10/Je me dis que si mon temps n’est pas sur les résultats (je suis un peu une buse…) et que ce n’est finalement pas bien grave et que ce qui compte c’est d’avoir passé un moment sympa.

En vidéo, ça donne ça :

crédit phot pour quasi tout l’article : Sylvio Reinhard 


 

Gresivaudan Xpress #1 : Cahmechaude 2/09/2015 : https://www.strava.com/activities/383474516

Pour l’ouverture de la saison, on commence à Chamechaude, un des trois sommets emblématiques autours de Grenoble.

http://s.camptocamp.org/uploads/images/1196528028_1965842233BI.jpg
Il y a pas la neige, mais c’est plus ou moins l’itinéraire emprunté depuis le col de Porte. 750m de dénivelé pour 2.3 à 2.8 km suivant les options. C’est un peu raide, mais on peut faire pire, la semaine prochaine, l’étape est à l’alpe du grand serre!

Le départ, c’est 50m de plat, puis 100m pas trop pentu, puis 200m un peu pentu, puis le reste d’agonie. On est pas mal, 150 à 200 à vue de nez, je suis pas très bien placé (dans les derniers quoi) au départ, ce qui fait que ça bouchonne un peu, sachant que pour doubler, c’est rapidement hors trace dans les herbes, donc assez énergivore. 200m de déniv, et on arrive en haut des pistes de ski, on rentre sur un single en foret, avant de déboucher à un petit habert, et le passage des barres. Je suis encore bien, mais juste après les barres, je suis la troupe devant, et on coupe pleine pente. C’est vraiment raide dans l’herbe, je fini par monter à 4 pattes avec les mains…

La je taquine franchement ma limite, heureusement on sort de la foret, il reste 300m de déniv, c’est un peu moins raide, on peut même recourir par endroit. J’aime bien le « plateau » au dessus, il y a un troupeau de mouton et son berger en train de nous regarder monter.
Je rattrape Bruno dans une partie en coupe, j’ai quasiment la tête dans son cul, de nouveau à mettre les mains par terre pour aller plus vite. Tellement à bloc que je le capte même pas, c’est lui qui me fait « bien t’es la toi? » en le doublant. Oui normalement sur ce genre d’effort, il est devant. J’en profite pour remettre une couche pour lui faire mal  [:gowser] , mais il s’accroche jusqu’en haut. [:federerlegrand:1]
Je l’aurais un jour, je l’aurais.

Reste plus que les deux passages de rocher qui sont câblés à faire, enchainés à bloc

Arrivée, en 37’40 », soit 1200m/h. Je pense que je suis jamais allé aussi vite en montée en trail, dommage d’avoir oublié le cardio, ça fait une belle séance de seuil! Bon, je prend encore 8′ sur le premier, et plus de 50 gugusses devant moi, mais c’était bien bon!

On attend que tout le monde arrive pour attaquer la descente, en applaudissant les derniers. L’esprit trail  [:jluc:2] ? Non, on a froid, ça permet de se réchauffer [:osweat].

Descente, apéro, debrief avec les copains, retour maison. Une bonne soirée d’aftertaff!

en me relevant après avoir attendu au sommet, douleur au mollet type crampe, puis le muscle tire, j’espère que j’ai pas trop forcé, samedi c’est le premier relais de l’UTV, puis je vais essayer de voir les E.T. du topic sur le parcours :D


Gresivaudan Xpress #3 : La roche du Guet 16/09/2015 : https://www.strava.com/activities/393656110

Après avoir raté la verticale du grand Serre faute de dispo, arrive l’étape de la Roche du Guet. La plus vieille épreuve du Challenge, 16ème édition quand même. Etape réputée compliquée, les coupes sont cachées, certains sont pas arrivés sur le bon sommet l’an dernier.

On arrive à Montmélian, petit échauffement, j’en profite pour pisser 2 fois. Ben oui passer la trentaine, la prostate commence à faire des siennes. J’ai les cuisses qui tirent un peu, la sortie de vélo de route avec 800m de d+ du midi était peut être pas l’idée du siècle :o

Start sur la route pendant 100m, je comprend pas pourquoi ça part aussi vite. Ah ok, j’ai compris, bouchons sur le monotrace au bout de 100m au point que ceux qui font le tour par la route montent plus vite. Ensuite vient la partie fun.

http://kaillou.net/hosting/files/PrtScr%20capture_2.png

Certains continuent le chemin, mais la plupart coupe sur la gauche dans les vignes. 150m de deniv en 300m, 50% de moyenne. Autant dire que c’est pas inutile de mettre les mains. Le problème, c’est que ça bouchonne, et c’est pas possible de doubler, donc je suis légèrement en dessous de mon rythme. Bon ça permet de s’économiser pour la suite.

La dite suite est beaucoup plus roulante. Je suis un juste pour courir tout le long, et comme je suis nul en marche, je passe mon temps à faire le yoyo, doubler quand je cours, essayer de limiter les dégats quand je marche.

A un moment donné, je sais que c’est paumatoire, on nous a annoncé qu’il fallait redescendre un peu au briefing (il y a aucun balisage hein). Je vois deux gars à une trentaine de mètres plonger sur la droite. Je demande au gars qui me suis si il connait, pas de réponse. Je redemande si c’est la, toujours pas de réponse. j’arrive au croisement, je ralenti pour regarder les deux sentes, le type en profite pour me doubler et plonger à droite. je le remercie. En haut, il me sortira avec un air condescendant
– « Et encore, t’as de la chance que j’étais, l’an dernier je me suis perdu, j’ai mis 1h15″. Gros con, heureusement que je t’ai redoublé et mis une minute sur la crete finale.

La fin est plus du même type, un peu plus de changement de rythme, on arrive sur cette crete, gros coups de cul, puis relances en permanence, et en haut comme d’hab les encouragements des premiers arrivés.

C’est l’étape la plus longue en temps, 900m pour 4km, fini en 48’40 », ça donne pas des stat énormes, mais c’est pas un profil pour ça.
Le petit apéro en bas fait du bien, c’est cool, on retrouve les copains pour le debrief autours d’une bière : « ah oui, j’ai raté cette coupe », « oh putain, je suis parti trop fort »…

 


Gresivaudan Xpress #4 : Moucherotte 30/09/2015 : https://www.strava.com/activities/403673934

15 jours de coupure, faute à une autorisation refusée pour faire la dent de Crolles. Pas plus mal, certains l’ont quand même fait en off, il y avait de la neige au dessus de 1800m…

Aujourd’hui, c’est la montée au Moucherotte, au départ de Saint Nizier. Jamais fait par ce coté, c’est une découverte, on m’annonce le haut roulant et le reste pas très raide.
Rien fait du début de semaine pour récupérer du raid Saucona sur deux jours
Les jambes répondent pas mal à l’échauffement, même si les mollets tirent encore un peu.

Start rapide sur route, avant de chopper des champs. On a un peu peur des bouchons avec un pote, et on prend une option un peu à gauche. Au final on se fait niquer parce qu’on on récupère la troupe à la sortie du champs, juste la on ça bouchonne, je perd 20m sur Bru que je rattraperai plus. Mais c’est marrant, on a ramené les vaches qui étaient tranquilles dans un coin, sur le peloton. Un peu flippé qu’elles prennent peur et foncent dans le tas quand même.

La suite, c’est une série de coupes assez raides, le sol est fuyant, petit pierrier, et terre meuble, plutôt content des saucony, je glisse pas trop avec. Un léger faux rythme ici encore, j’ai pas la puissance pour doubler, je finis par y arriver en couper des petites épingles. On revient sur la piste du GR (qu’on a descendu pour l’UTV), j’arrive a recourir et reprendre des groupes. Bruno est en vue, je le vois chopper une coupe sur la gauche, je sais qu’il est meilleur que moi quand c’est raide, donc je tente l’option de rester sur le chemin pour essayer de le rattraper. C’est un echec, le chemin est pas assez rentable pour y gagner, il y a même quelques replats.

Arrivée au sommet avec sa super vue en 36’50 », ce qui me fait flirter avec les 1200m/h, ce qui correspond à mon niveau actuellement sur ce genre d’effort.
Marrant de voir autant de monde (on était probablement pas loin de 200 au départ) au sommet, mais on reste pas trop longtemps, commence à sérieusement peler la haut quand même!

C’était encore bien bon!


Gresivaudan Xpress #5 : Saint Eynard 07/10/2015 : https://www.strava.com/activities/408624945

L’étape la plus courte en temps, et en plus faut courir quasi tout le long, les coupe ne sont pas interessante!

le départ est quand même un grand moment d’anarchie, un pan de champs puis chacune fait comme il peut pour rejoindre le chemin en essayant de pas glisser dans les feuilles. La suite de la course est beaucoup plus simple, on suit le chemin jusqu’en haut. J’ai pendant un temps Margot en point de mire, mais sans jamais la rattraper et fini par lacher un peu. Par contre Bruno s’est perdu dans la montagne, je lui prend 5mn  😈

26’20 » pour un bon apéro en bas!

 


Gresivaudan Xpress #7 : Bastille 21/10/2015 : https://www.strava.com/activities/417562351

Dernière manche (raté celle du Rachais), plutôt la cerise sur le gâteau, seulement 200m de deniv, on monte à la Bastille, par les escaliers, le plus efficace. Arrivée à la Bourre, j’ai pas le temps de m’échauffer, et ça très mal! Le cardio à bloc toute la montée avec les jambes qui veulent pas suivre. J’ai François comme objectif devant moi sur toute la première partie des escaliers, mais il court trop vite pour moi encore et je perd de vue. Difficile de relancer sur le replat final, mais content de s’être sortie les doigts à ce point!

10’50 » au chrono, pfiou, c’est rapide pour faire 260m de d+.

On sent que c’est la fin de saison, il commence à cailler, et on se donne rendez vous pour l’année prochaine!

905896_1182460385101548_1651007549084725731_o

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *